Yogyakarta, Java

Je suis revenue à Montréal depuis trois semaines et je n’ai toujours pas terminé le récit de mon voyage en Indonésie. Aïe, aïe aïe! J’ai beau chercher toutes sortes d’excuses, seule ma tendance à la procrastination est à blâmer. Alors avant qu’il ne soit trop tard et que j’aie tout oublié, je vous présente la dernière ville de mon périple indonésien : Yogyakarta.

Cette ville javanaise devait être notre dernier arrêt avant d’aller prendre l’avion à Jakarta. Mais à la fin d’une première longue journée à marcher sous un soleil ardent, Alex et moi avions tellement chaud qu’on s’est dit : « On ne peut pas ne pas terminer notre séjour en Indonésie sur une plage! » Alors nous sommes tout de suite allés nous acheter des billets Yogyakarta-Denpasar et Denpasar-Jakarta. On s’est trouvés un peu ridicules, les allers-retours inutiles auront fait partie du voyage jusqu’à la fin! En même temps, pouvoir suivre ses impulsions, n’est-ce pas là tout le fun de voyager? Mais j’avoue que la prochaine fois que je retournerai en Indonésie, je tâcherai de mieux m’organiser et de mieux prévoir mes déplacements.

Yogyakarta est une métropole culturelle attachante. Pas jolie partout, beaucoup de trafic, mais tellement de choses à y faire et à y voir. Nous n’avons pas loué de scooter et nous avons marché le plus possible. J’aurais pu me perdre longtemps et souvent dans ces rues croches et colorées. Alex était découragé de devoir s’arrêter toutes les deux minutes pour que je photographie une porte, une fenêtre ou une maison.

Nous avons suivi un cours de cuisine avec Made au Via Via. Je n’en reviens pas encore des belles assiettes qu’on a concoctées! Nous avons aussi visité les temples Prambanan et Borobodour, qui valaient vraiment le détour. Les routes pour s’y rendre étaient… magnifiques? magiques? sublimes? wow?  Des vieux messieurs sur des vieux vélos dans les rizières, une dame âgée arrachant la mauvaise herbe, mais portant tout de même une belle chemise de soie, des jeunes filles buvant leur jus rouge en placotant sur les marches d’un monument sacré. S’il n’avait pas fait si chaud, je serais venue passer la fin des vacances dans un village de la campagne de Yogyakarta. À prendre en note pour la prochaine escapade indonésienne.

Après cinq jours dans une agitation urbaine et une effervescence culturelle qui nous avaient quand même manqué, nous avons repris l’avion vers Bali, où les vacances ont pris fin. Sur la plage de Kerobokan, dans des vagues qui m’ont fait perdre mon maillot de bain, avec le dernier album de The Bamboos dans mes oreilles.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :